Prendre un congé sabbatique?

L’idée peut paraître folle, surtout pour un garçon comme moi aussi trouillard et qui ne prend pas vraiment de risques… Et pourtant, pourquoi pas?

Il y a plusieurs raisons qui m’ont poussé vers cette idée. Il ne s’agit pas d’une énième lubie de ma part prise sur un coup de tête! C’est avant tout pour moi un moyen de prendre le temps et de profiter de la vie à fond. De plus, je sais que depuis quelques temps je ressens le besoin de me reconstruire. J’ai envie d’avoir des projets, de prendre un nouveau départ en échappant à cette routine parisienne qui me pèse.

J’ai eu cette idée mi juillet, peu après la signature de la promesse d’achat de mon appartement. J’ai pris conscience que c’était le bon moment, que j’étais arrivé au bout de quelque chose. Que ce soit personnellement que professionnellement…

Depuis, cette pensée est passée de la simple idée à l’un des projets les plus fous de ma vie. C’est vrai qu’il s’agit d’un vrai défi pour moi mais j’aime les défis!

 

Avatar

 

Un congé sabbatique pour quoi faire?

Bonne question ! Mes réflexions sur un roadtrip autour du monde se sont construites assez naturellement. Cela faisait un moment que cette envie d’évasion me trottait en tête : découvrir de nouveaux horizons, faire des rencontres, rentrer bilingue…

Mais ce n’est pas tout ! J’ai profité de l’occasion pour proposer à mon entourage de me rejoindre aux 4 coins du monde, et la 1ère personne à qui j’ai pensé est mon papa. Et je pense que l’idée l’a séduit puisqu’il a accepté de me suivre aux USA (dans une optique d’emprunter la mythique route 66) entre avril et juin, mais aussi en Australie, Thaïlande et Birmanie entre mi décembre et début février 2017 !

J’ai également pris la décision de réaliser ce voyage au profit d’une cause qui me tient à cœur : la lutte contre la SLA*. Mes objectifs sont les suivants : sensibiliser les gens sur cette maladie, et apporter mon soutien en faisant connaître les associations qui s’investissent au quotidien auprès des malades et de leur entourage. Si possible, je souhaiterais en plus profiter de mes déplacements pour aller à la rencontre d’associations, et pourquoi pas imaginer de créer des liens entre chacune d’entre elle.

 

Voilà mon projet, aussi modeste soit il. Mais je suis bien décidé à aller jusqu’au bout !

 

#Smile2Life

 

(*) Sclérose Latérale Amyotrophique